Jeudi, 24 Mai 2018

Belgique /" la Guinée occupe la deuxième place dans la liste des pays demandeurs d’asile politique après l’Afghanistan," dixit Mr.Freedy Roosmond du commissariat général aux réfugiés et apatrides.

Ce vendredi 30 novembre 2012 , POTTAL FII BHANTAL Belgique(Union pour le succès des guinées de Belgique), la société civile et les représentants de certains partis politiques guinéens dans la capitale de l’union européenne ont rencontré le Commissariat Général aux Réfugiés et Apatrides en abrégé CGRA pour plaider le non rapatriement des guinées demandeurs d’asile déboutés.

C’est dans un cadre très convivial que les fonctionnaires du Commissariat  général aux réfugiés et aux apatrides qui est l’office en charge de l’immigration et de l’asile en Belgique ont reçu la très forte délégation guinéenne  à leurs bureaux sis à la chaussée d’Anvers près de la gare du Nord.C’est aux environs de 9 heures, que Mr Freedy Roosmond le directeur général du CGRA adressera les protocoles d’usages avant d’ouvrir le débat en donnant la parole à la grande délégation tout en se félicitant de la rencontre.

C’est Mr Djibril Tawel Camara en sa qualité de vice-président  de l’association de la communauté guinéenne de Belgique qui présentera les membres de la délégation avec la permission  de Mr Mamadou Kindy Diallo, de Mr Aguibou Sow, les deux représentants de Pottal Fii Bhantal. Il commencera l’entretien  en décrivant la situation chaotique de la Guinée. Il dira que « rien n’a changé depuis l’élection de Mr Alpha Condé. Nous demandons une doléance pour les demandeurs d’asile surtout ceux qui sont dans les centres fermés ».

Il faut rappeler que des  nombreux compatriotes sont depuis des mois détenus dans des centres fermés en attente de leur expulsion vers Conakry. En général ce sont des demandeurs d’asile déboutés ayant épuisé tous les recours possibles et légaux selon les responsables de l’office des étrangers.

C’est ensuite Mr Aliou Barry de l’U.F.D.G Belgique qui prendra la parole pour affirmer que « l’UFDG a connu des morts, des condamnés, des militants persécutés  depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir. Je vous remets ces documents qui retracent toutes les séries de violations des droits de l’homme en Guinée.»

Bah Saliou également de l’U.F.D.G prendra la parole pour préciser que « la Guinée est un lieu d’atrocités, il y a des pratiques inimaginables sur les humains; c’est dommage que le gouvernement fédéral belge ne s’intéresse qu’au Congo et au Rwanda pourtant la présence d’une grande communauté guinéenne ici devrait attirer  votre attention sur la situation sociopolitique de notre pays »

Ce fut au tour de Mr Marwane Diallo  des N.F.D d’insister en ces termes « malgré l’élection présidentielle  de 2010 qui a porté Alpha Condé au pouvoir, la situation des droits de l’homme n’a pas évolué et les violations des droits humains se sont mêmes multipliées. Les cadres guinéens qui luttent contre la corruption sont abattus, comme l’assassinat de Mme Aïssatou Boiro. Les quartiers abritant les militants de l’opposition font l’objet de patrouille des forces de l’ordre qui stigmatisent, menacent, intimident et persécutent des hommes, des femmes et des vieux. C’est pour vous dire que la plupart des demandes d’asile des guinéens sont justifiées »

Après avoir écouté avec intérêt les intervenants de la délégation, Mr.Freedy Roosmond le directeur général du CGRA prendra la parole  pour dire qu’ « aujourd’hui la Guinée occupe la deuxième place dans la liste des pays demandeurs d’asile politique en Belgique après l’Afghanistan. Depuis le début de l’année 2012, nous avons enregistré 1491 demandes d’asile politique des guinéens. Nous avons fait  auparavant des actions de prévention mais malheureusement nous n’avons pas obtenu le résultat escompté. C’est pour cette raison que nous accélérons le rapatriement volontaire ou involontaire. Nous avons constaté que le retour volontaire n’est pas accepté ».

Mr Roosmond a informé à la délégation que « Mme Maggie De Block, la secrétaire d'État à l'Asile et à l'Immigration fait beaucoup d’efforts pour ramener la durée de la procédure de  la demande d’asile à 6 mois y compris le temps de recours ».

Mr Marwane Diallo des NFD reprendra la parole pour répondre Mr Roosmond en ces mots « l’échec de ces actions de prévention est dû au manque de suivi de la réinsertion des rapatriés qui, le plus souvent sont directement conduits en prison où ils subissent la torture des forces de l’ordre et les femmes sont violées avant d’être relâchées. En fait, le gouvernement belge n’a obtenu aucune garantie sur la réinsertion des rapatriés de la part des autorités guinéennes avant de procéder au rapatriement.»

Pris par son calendrier et voyant l’intérêt de l’échange Mr Roosmond suggéra à la délégation de reprendre rendez-vous en février 2013 pour continuer la discussion sur cette épineuse question du rapatriement des guinéens.

En tout cas, la délégation guinéenne espère que son appel sera entendu pour le plus grand bonheur de nos compatriotes dont certains attendent depuis des années une décision de la justice belge concernant leur demande d’asile alors que d’autres continuent durement leur séjour dans les centres fermés dont les conditions de détention sont souvent dénoncées  par les défenseurs de droits de l’homme et les associations de soutien aux sans papiers.

Marwane Diallo NFD Belgique.

SOUTENEZ N.F.D

MATCH GALA DE UDM

VIDEOS

GALLERIE PHOTOS

U.EUROPENNE

MATCH GALA DOUMBA

Interview de E.Soropogui

Interviw du ministre

RECHERHE

Grand Débat Africa No1

QUI EST ENLIGNE

Nous avons 30 invités en ligne