Dimanche, 22 Juillet 2018

Conakry/Réaction du président Mouctar Diallo aux propos scandaleux du Ministre Moussa Tata Vieux Condé : « Tel Président, tel ministre »

Le Ministre de la pêche a déclaré à Labé : « Nous, nous sommes jaloux. Nous n’allons pas faire une maison des jeunes, et qu’un opposant vienne faire sa conférence dans cette salle. Nous n’allons pas faire un point d’eau pour qu’un opposant vienne boire l’eau de ce point d’eau »

« Ce que nous allons faire, ça sera pour nos militants, nos responsables de Sannou…». Dans un pays normal, ce Ministre serait immédiatement limogé et poursuivi devant la justice pour violation de la Constitution qui stipule en son article 8 : « … Nul ne peut être privilégié ou désavantagé en raison de son sexe, de sa naissance, de sa race, de son ethnie, de sa langue, de ses croyances et de ses opinions politiques, philosophiques ou religieuses ».

Les moyens avec lesquels des infrastructures publiques sont réalisées ne viennent pas des poches des membres du RPG, Rassemblement du Peuple de Guinée Arc en ciel, mais des ressources du pays et de ses contribuables. Le RPG n’avait rien fait pour les Guinéens avant d’être au pouvoir et même le Professeur Alpha Condé n’a jamais  dispensé de cours dans une école ou université privée ou publique en Guinée pour  contribuer à la formation des jeunes.Monsieur le Ministre Moussa Tata Vieux Condé, ne sait il pas que l’article 22 de notre Constitution lui dit que : « chaque citoyen a le devoir de se conformer à la Constitution, aux lois et aux règlements. Chaque citoyen a le devoir de participer aux élections, de promouvoir la tolérance, les valeurs de la démocratie, d’être loyal envers la Nation. Chaque citoyen a le devoir de respecter la personne humaine et les opinions des autres… »Pour l’information de Monsieur le Ministre : « l’Etat doit promouvoir le bien être des citoyens (pas les militants du RPG seulement), protéger et défendre les droits de la personne humaine et les défenseurs des droits humains ; il veille au pluralisme des opinions et des sources d’informations. Il assure la sécurité de chacun et veille au maintien de l’ordre public… », Article 23 de la Constitution.

Mais ce n’est pas étonnant, car Monsieur Alpha Condé devant être le garant de l’unité nationale et du respect de la loi, avait déclaré publiquement que les gouverneurs et les préfets ne doivent pas être neutres dans l’exercice de leur fonction. Il leur avait demandé  de s’impliquer activement dans le processus électoral en faveur de son parti RPG-Arc en ciel, alors que la Constitution en son article 26 stipule :   « quiconque occupe un emploi public ou exerce une fonction publique est comptable de son activité et doit respecter le principe de neutralité du service public. Il ne doit user de ses fonctions à des fins autres que l’intérêt de tous. »

Le Président El hadj Alpha Condé a déclaré la semaine dernière qu’il a donné la CENI à l’opposition (alors qu’il a violé la loi sur la CENI par le non respect de sa recomposition paritaire entre la mouvance et l’opposition) et que le RPG Arc en ciel va remporter les élections législatives.

Monsieur Alpha Condé n’ayant pas démissionné de son poste de Président du RPG et continuant à tenir des réunions au siège du RPG, viole l’article 38 de la Constitution qui commande : « La charge de Président de la République est incomptable avec l’exercice de toute autre fonction publique ou privée, même élective. Il doit notamment cesser toutes responsabilités au sein d’un parti politique ».

Monsieur Alpha Condé (qui revendique quarante ans de lutte pour la démocratie) nous sert un régime autoritaire et totalitaire caractérisé par le refus des gouvernants de se soumettre à la loi, et par une tentative d’endoctrinement idéologique  au profit du système Personne- Parti- Etat, à travers son instrument de propagande qui est la Radio Télévision Guinéenne, devenue RPG Tv, et de sa volonté de faire disparaitre toute opposition. C’est à juste titre qu’il avait dit publiquement que « s’il organise des élections, c’est pour les remporter car c’est lui qui nomme les préfets et les gouverneurs » et  que « … dans deux ans il n’y aura plus d’opposition en Guinée » ! « Quel démocrate ! ».

Et pourtant à sa prise de fonction, le 21 décembre 2011, Monsieur le Président en prêtant serment avait déclaré : « Moi, Alpha Condé, Président de la République, élu conformément aux lois, je jure devant le peuple de Guinée et sur mon honneur de respecter et de faire respecter scrupuleusement les disposition de la Constitution, des lois et des décisions de justice, de défendre les Institutions constitutionnelles, l’intégrité du territoire et l’indépendance nationale. En cas de parjure que je subisse les rigueurs de la loi. »

Tous les patriotes doivent s’opposer énergiquement par tous les moyens légaux à « l’apartheidisation » de la Guinée. En outre, si les gouvernants n’arrêtent pas de violer la loi, de bafouer des principes démocratiques et républicains, d’agir dans l’injustice et l’exclusion, je demanderais aux membres et sympathisants de NFD (Nouvelles Forces Démocratiques), d’observer la désobéissance civile jusqu’au retour de la légalité.

Conakry, le 06 décembre 2012,

Mouctar Diallo, Président de NFD

SOUTENEZ N.F.D

MATCH GALA DE UDM

VIDEOS

GALLERIE PHOTOS

U.EUROPENNE

MATCH GALA DOUMBA

Interview de E.Soropogui

Interviw du ministre

RECHERHE

Grand Débat Africa No1

QUI EST ENLIGNE

Nous avons 35 invités en ligne