Dimanche, 22 Juillet 2018

DECLARATION DE NFD RELATIVE A L’ACCUSATION DU PRESIDENT DE LA   REPUBLIQUE CONTRE DES CITOYENS GUINEENS  ET DES  PAYS VOISINS 

«  Le Président de la République n’est pas au dessus de la loi : la justice doit faire son travail dans l’indépendance totale » 

 

Le Parti politique NFD (Nouvelles Forces Démocratiques) condamne le Président de la République Alpha Condé pour avoir indexé nommément, le 11 septembre dernier, trois (3) citoyens guinéens et deux (2) Etats voisins comme étant respectivement les commanditaires et les complices de l’attaque de son domicile privé, le 19 Août 2011, avant la tenue du procès autour de la dite affaire.

Nous rappelons qu’en tant que démocrates, légalistes et républicains, nous membres de NFD, avions condamné cet évènement à l’instar de l’ensemble de la classe politique de l’opposition. A cette occasion, nous avions exprimé notre opposition à toute forme de violence quels que soient ses auteurs et ses cibles et de toute forme d’accès au pouvoir politique autre que la voie constitutionnelle.

En même temps, nous avions recommandé au gouvernement, et cela en tenant compte, de notre tumultueux passé, qu’une commission d’enquête indépendante soit instituée afin d’imprimer à la gestion de cet événement des conclusions basées sur  le droit, pour éviter des exactions et la violation des droits humains.

Nous avions aussi recommandé aux autorités d’éviter de profiter de cette situation pour procéder à une chasse aux sorcières en tirant des conclusions hâtives délibérément orientées contre des adversaires politiques, des civils et militaires qu’elles voudraient éliminer sur la base de règlements de comptes aux causes et aux fins inavouées.

Nous avions, en outre, exprimé nos vives préoccupations à l’observation de certains éléments, dès les premières heures de l’attaque, que nous considérons très dangereux, dont entre autres :

  • des arrestations extrajudiciaires violentes et des perquisitions sans mandats aux domiciles de leaders politiques suivies d’actes de vandalisme par des hommes en uniforme;
  • des accusations par le Chef de l’Etat, des leaders politiques, des opérateurs économiques, et des militaires d’une communauté comme étant responsable de la tentative d’assassinat dont il est victime. Et donc une invitation implicite à des représailles contre cette communauté par d’autres communautés. Heureusement que les guinéens ont été lucides et sereins en refusant cette autre manipulation. En plus, la liste des arrêtés comporte des ressortissants de toutes les communautés guinéennes ;
  • l’incohérence et l’inconstance du Président de la République dans ses propos, indexant tantôt des militaires frustrés pour avoir fermé les « robinets », tantôt des civils d’une même communauté comme étant les responsables de l’attaque armée de son domicile.

Par ailleurs, l’accusation portée par le Président de la République contre Messieurs Bah Oury (vice président de l’UFDG), Tibou Kamara (homme d’Etat) et Amadou Oury Diallo dit Sadakadji (homme d’affaires), comme commanditaires de l’attaque contre son domicile avec la complicité du Sénégal et de la Gambie est extrêmement déplorable au regard des conséquences politique, économique, sociale, judiciaire, sécuritaire et diplomatique néfastes pour la Guinée. Cette maladresse diplomatique altère l’image de la Guinée et entame les relations séculaires entre nos pays frères. Par conséquent, elle peut compromettre la quiétude sociale et la sécurité des millions de nos compatriotes et de leurs biens vivant dans ces pays maladroitement indexés.

Aussi, cette accusation constitue une violation du secret d’instruction, du principe de présomption d’innocence et du principe de la séparation des pouvoirs. Pis, elle cherche à influencer et à orienter subtilement la décision des juges. Car on se demande, au constat de la dépendance de fait, du système judiciaire guinéen au pouvoir exécutif, si les juges auront le courage et l’honnêteté intellectuelle de rendre des décisions objectives contraires aux propos publics du Président de la République.

Pour NFD, malgré l’existence de faits objectifs qui peuvent susciter des interrogations et de la prudence autour de cette attaque armée contre le domicile du Chef de l’Etat, nous préférons être éclairés par un procès - même s’il tarde à venir – juste et équitable, rendu de façon transparente à la hauteur des enjeux et des défis d’un véritable Etat de droit pour lequel beaucoup de Guinéens ont consenti d’énormes sacrifices.

NFD invite ardemment les autorités actuelles à plus de responsabilité et de lucidité pour arrêter, pendant qu’il est temps, l’injustice et les frustrations qui, accumulées, peuvent entrainer des conflits majeurs aux conséquences dommageables pour l’ensemble des Guinéens à l’image d’autres pays africains.

Enfin, NFD invite la communauté africaine et internationale, dans une démarche préventive, d’interpeller vivement les autorités guinéennes en vue de respecter les principes de la démocratie et de l’Etat de droit en œuvrant pour la justice, la sécurité et le bien être de tous les guinéens qui sont égaux. Cela est le seul gage de la stabilité et de la paix en Guinée et dans la sous région.

Vive la Guinée unie, paisible, démocratique et prospère au sein d’une Afrique fraternelle et émergente !

Conakry, le 13 septembre 2011

Le Bureau Politique National.

 

SOUTENEZ N.F.D

MATCH GALA DE UDM

VIDEOS

GALLERIE PHOTOS

U.EUROPENNE

MATCH GALA DOUMBA

Interview de E.Soropogui

Interviw du ministre

RECHERHE

Grand Débat Africa No1

QUI EST ENLIGNE

Nous avons 39 invités en ligne