Mercredi, 17 Janvier 2018

Grande Interview: Mouctar Diallo dénonce...

CONAKRY-Fidèle à son habitude, l'opposant Mouctar Diallo n'est pas tendre avec le pouvoir.Dans sa ligne de mire, le président Alpha Condé dont il dénonce "la mauvaise volonté" d'organiser des élections législatives dans le pays.

Pour Mouctar Diallo, la désignation du président Condé comme médiateur de la crise bissau-guinéenne est "une erreur grave" commise par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).Dans cet entretien exclusif qu'il nous a accordé, le leader du parti Nouvelles Forces démocratiques(NFD) aborde également les questions liées à la CENI, à la position adoptée par l'opposition dans ce bras de fer avec le pouvoir d'Alpha Condé...

Africaguinee.com : Après une série de manifestations organisées par l'opposition, aucun compromis n'est trouvé pour l'instant au sujet de la CENI. Peut-on connaître la stratégie de l'opposition dont les revendications sont ignorées par le pouvoir?

Mouctar Diallo : L’opposition reste déterminée à s’opposer par tous les moyens légaux à la tentative de mascarade électorale du gouvernement et de certains commissaires de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante). Le Président Alpha Condé et la CENI continuent leur fuite en avant systématique en restant complètement sourds et fermés aux revendications pertinentes et légitimes de l’écrasante majorité du peuple de Guinée représentée par l’opposition. Tout ce que l’opposition demande c’est la création de conditions de crédibilité pour la tenue d’élections législatives apaisées et dans un meilleur délai. C’est pour cela que nous réclamons une recomposition de la CENI conformément à l’actuelle configuration politique. C’est la seule garantie pour l’opposition de contrôler, à toutes les étapes, le processus électoral et de s’assurer de sa transparence. A l’instar du pouvoir qui a déjà renouvelé ses deux commissaires à la CENI, l’actuelle mouvance présidentielle, et non celle du PUP comme c’est le cas actuellement, doit y envoyer 10 représentants l’opposition actuelle 10 et la société civile 3 conformément à la loi. Pour nous la satisfaction de cette exigence constitue un gage de prévention de conflits majeurs post électoraux liés à la contestation des résultats qui en seront proclamés. Malgré les nombreuses manifestations que nous avons organisées, la CENI et le pouvoir continuent leur forcing dans leur démarche unilatérale et illégale. Le Président Alpha Condé, qui avait dit publiquement qu’il ne va pas organiser des élections et les perdre vise deux objectifs : soit il fraude massivement pour avoir la majorité à la future Assemblée Nationale, soit pousser l’opposition significative à boycotter les élections.Nous devons nous réunir aujourd’hui pour décider des prochaines stratégies à mettre en œuvre immédiatement.

Africaguinee.com : Le 19 avril dernier, des femmes militantes de l’opposition ont fait un sit-in devant le siège de la CENI. Pourquoi avez-vous choisi d'impliquer également les femmes dans les manifestations?

Mouctar Diallo : Les femmes ont toujours participé effectivement et efficacement aux différentes manifestations organisées par l’opposition.

Cette fois, elles ont décidé elles mêmes et seules d’organiser, le jeudi 19 avril un sit-in devant le siège de la CENI pour dénoncer des irrégularités et manquements graves aux principes de transparence et de neutralité dans l’organisation et le fonctionnement de l’organe chargé d’organiser les élections en Guinée, et exiger sa recomposition paritaire pour des élections transparentes.

Africaguinee.com : Quelle est votre réaction après la répression par les forces de l’ordre, de la manifestation de ces femmes de l’ADP et du Collectif ?

Mouctar Diallo : Ces centaines de femmes de l’opposition qui ont organisé une manifestation pacifique ont été gazées, brutalisées, violentées, blessées et arrêtées arbitrairement par les agents des forces de l’ordre qui ont reçu des instructions des autorités d’empêcher par la répression le regroupement des femmes de l’opposition.Et le 25 avril, une poignée de femmes inferieur à 100 qui ont reçu de l’argent des autorités publiques, n’ont pas été empêchées d’organiser une contre manifestation pour soutenir Lounceny Camara et la CENI actuelle. Cela montre l’injustice et la malhonnêteté de régime actuel qui viole la loi et les droits humains et instaure deux poids deux mesures.Mais l’opposition se prépare pour organiser d’autres manifestations générales et de celles des femmes.

Africaguinee.com : Dans ce bras de fer avec le pouvoir, est-ce qu’aujourd’hui vous craignez pour votre sécurité ou celle de votre famille ?

Mouctar Diallo : Vous savez en Afrique et surtout en Guinée l’activité politique est très risquée surtout pour un opposant que je suis qui est animé et guidé par une conviction pour l’intérêt général et qui se bat pour des valeurs. Comme vous le savez, j’ai été agressé par les militants du RPG (parti au pouvoir Ndlr) avec Dr Faya Millimono et mon petit frère à l’occasion d’une visite qu’on avait rendue à mon vice président Etienne Soropogui emprisonné arbitrairement à la gendarmerie de Matam PM3, suite à la manifestation pacifique du 27 septembre 2011.Une manifestation organisée par l’opposition et qui a été sauvagement réprimée occasionnant ainsi cinq morts, des centaines de nos militants blessés et arrêtés arbitrairement dont des femmes et des enfants arrêtés dans leurs domiciles privés.J’ai reçu des menaces de mort et des visites des militaires à mon domicile à maintes reprises. J'ai plusieurs fois été agressé physiquement et verbalement.

Ma famille aussi est menacée. D’ailleurs, mon petit frère Mamadou Maka Diallo a été agressé et arrêté deux fois et reçois souvent de menaces. Mais mon engagement patriotique ne m’autorise pas de reculer malgré tous les risques que je court avec ma famille dans un pays où les principes de l’Etat de droit et de la démocratie sont violés en permanence, où les droits humains et les droits et libertés individuels sont bafoués constamment par les autorités publiques, où la loi n’est pas respectée. Vous savez qu’il y a des milliers de guinéens tués, violées, blessés, chassés, dépouillés de leurs biens et arrêtés arbitrairement notamment en 2006, en 2007, en 2008, en 2009, en 2010 et 2011. Nous continuerons le combat jusqu’au bout pour l’émergence d’une Guinée unie, paisible, démocratique et prospère.

Africaguinee.com : Le cas de la Guinée qui est toujours dans une transition politique est largement éclipsé par les crises malienne et bissau guinéenne. Certains observateurs parlent de lassitude de la communauté internationale suite au manque de volonté du pouvoir et l'irresponsabilité de la classe politique guinéenne. Partagez vous cet avis?

Mouctar Diallo : C’est vrai que la grave situation au Mali et en Guinée Bissau a relégué le cas guinéen au second plan. Mais je pense que pour éviter que la Guinée ne connaisse le même sort que ces deux pays et aggrave davantage la crise dans l’espace CEDEAO, c’est le moment de s’impliquer pour prévenir une grave crise au lieu d’assister passivement au pourrissement de la situation pour venir jouer après au sapeur pompier. Mais quelque fois on ne comprend pas l’attitude d’une partie de la communauté internationale animée par quelques fonctionnaires internationaux plus préoccupés à atteindre des objectifs de mise en œuvre de leur programme annuel sur la base duquel ils sont évalués par leur organisation ou institution ou pays, pour mieux gérer leur carrière. Dans le cas actuel, une partie de la communauté internationale est beaucoup plus pressée à la tenue des législatives pour en finir avec la transition guinéenne qui n’a que trop duré qu’à la transparence du processus. Or l’opposition est plus pressée à aller aux élections que le pouvoir et la communauté internationale , mais nous voulons des élections qui vont refléter la volonté du peuple et qui mettront la Guinée à l’abri d’une grave crise post électorale comme dans certains pays.

Tout le problème est lié au manque de volonté politique du Président Alpha Condé quant à la tenue d’élections législatives transparentes car il sait qu’il n’a aucune chance de remporter ces élections au regard de sa minorité au premier tour de la présidentielle (18% de l’électorat) et de la déception des guinéens qui ont constaté son incapacité à gouverner et sa nuisance à diviser les guinéens. C’est pour cela tous ceux qui l’avaient soutenu à la présidentielle l’ont quitté et beaucoup de militants du RPG ont rejoint l’opposition.

Je rappelle que l’opposition avait sollicité un dialogue avec le gouvernement depuis le 11 avril 2011 pour aplanir nos divergences et aller aux législatives dans le meilleur délai. Vous savez que c’est dix mois après suite à une pression, qu’on a eu semblant de dialogue dont le minimum de consensus obtenu a été violé par la CENI et le gouvernement. Cela dénote la mauvaise foi du Président Alpha Condé.

Africaguinee.com : Le 25 avril 2012, le Président Alpha Condé a reçu en audience, l’opposant Cellou Dalein Diallo, Président de l’Union des forces démocratiques de guinée (UFDG). Selon vous, cette rencontre ne vise-t-elle pas à décrisper la situation politique actuelle ?

Mouctar Diallo:Rappelez vous quand le Président de la République avait reçu avec fanfare certains leaders politiques le 15 novembre 2011 au Palais, d’ailleurs suite à d’énormes pressions. J’avais dit que c’était du théâtre juste pour gagner du temps et que c’était de la poudre aux yeux destinée à aveugler la communauté nationale et internationale sur son manque de volonté politique à organiser un véritable dialogue. Par la suite les faits m’ont donné raison.

Je reprends les mêmes propos, c’est une manœuvre dilatoire visant à endormir l’opposition jusqu’à ce qu’il continue de dérouler son plan et nous mettre devant les faits accomplis. Je me connais bien avec le Président Alpha Condé. Nous nous sommes pratiqués quand nous étions tous dans l’opposition. Tout acte qu’il pose vise une manipulation, une déstabilisation sur fond d’un calcul pour son intérêt particulier. Il n’est pas capable de hauteur de vue pour poser de grands actes, dans l’intérêt supérieur du peuple de Guinée. Quand il clignote à gauche, il tourne à droite. Il n’y a que la pression qui peut faire reculer Alpha Condé.

Africaguinee.com : Que pensez-vous de la désignation du président Condé comme médiateur dans la crise bissau guinéenne?

Mouctar Diallo:Il va aller comploter en Guinée Bissau, car c’est ce qu’il sait faire.Mouctar Diallo : C’est une grave erreur de la CEDEAO d’avoir désigné le Président Alpha Condé comme médiateur dans la crise bissau guinéenne. Pour preuve, aussitôt après sa désignation, il a été récusé par Kumba Yala qui était qualifié au second tour de l’élection présidentielle. Un Président qui est incapable de dialoguer avec son opposition, qui n’a pas la capacité d’écoute, qui n’a pas pu organiser des élections législatives depuis près de 2 ans qu’il est pouvoir alors que le délai constitutionnel était de 6 mois ; n’a pas de capacités de leadership pour être un bon médiateur.

L’annulation du premier sommet des chefs d’Etats de la CEDEAO qui était prévu à Conakry le lundi dernier à cet effet me conforte dans ma position qu’il n’est pas celui qu’il faut. Il est loin d’avoir la personnalité du Président Blaise Compaoré qui a fait ses preuves en la matière.

Africaguinee.com : Les élections législatives sont annoncées pour le 8 juillet. Malgré la pression de l'opposition, la CENI poursuit ses activités. Peut-on parler d'échec de l'opposition face à l'intransigeance du pouvoir d'Alpha Condé?

Mouctar Diallo : Il faut plutôt parler de l’incompétence, de l’incapacité, de l’amateurisme du gouvernement qui ne rassure personne et qui gouverne par la manipulation, le mensonge, l’exclusion, la violence, l’illégalité, le forcing etc.

Africaguinee.com : Parlant de ces législatives, comment préparez vous ce scrutin au niveau de NFD?

Mouctar Diallo : NFD évolue normalement, mais pour l’instant le parti œuvre au sein du Collectif et avec l’ADP pour la création de conditions de transparence et de crédibilité du processus électoral qui doit être la préoccupation majeure de tous les guinéens et des amis de la Guinée.

Africaguinee.com : Pour terminer, un mot pour vos compatriotes?

Mouctar Diallo : Je demande au peuple de se mobiliser pour empêcher la mascarade électorale que le pouvoir et la CENI sont entrain d’organiser. Et de tout faire pour que l’opposition soit majoritaire à l’Assemblée Nationale pour préserver les acquis démocratiques obtenus au prix d’ultimes sacrifices du peuple de Guinée. Car le Président Alpha qui a installé son système autoritaire veut une Assemblée Nationale comme caisse de résonnance qui va cautionner tous des désirs. Il a peur d’une Assemblée qui va lui demander des comptes et qui va contrôler ses actes parce qu’il est passé champion et professeur en matière de mal gouvernance.

africaguinee.com.

SOUTENEZ N.F.D

MATCH GALA DE UDM

VIDEOS

GALLERIE PHOTOS

U.EUROPENNE

MATCH GALA DOUMBA

Interview de E.Soropogui

Interviw du ministre

RECHERHE

Grand Débat Africa No1

QUI EST ENLIGNE

Nous avons 48 invités en ligne