Dimanche, 22 Juillet 2018

"Alpha conde s’en fiche de la Guinée et des Guinéens "dixit Mouctar Diallo

« Alpha Condé est venu non pas pour servir les guinéens mais pour se servir personnellement avec sa famille et ses proches. Point barre. Il s’en fiche de la Guinée et des Guinéens ».

C’est en ces termes acerbes que l’ancien ministre Mouctar Diallo s’est exprimé au micro de Guinéenews au cours d’une interview qu’il a bien voulu nous accorder dans la matinée de samedi à son domicile à Dixinn. Le leader des Nouvelles Forces Démocratiques (NFD) parle également de la nomination du fils d’Alpha Condé, du report des élections législatives, de la plainte du parti au pouvoir, de la sortie médiatique du président Alpha Condé et des stratégies de l’opposition.

Guinéenews© : Le président Alpha Condé a annoncé le report des élections législatives prévues le 8 Juillet prochain en Guinée. Quel est votre commentaire ?

Mouctar Diallo :Cela prouve à suffisance l’amateurisme, l’incompétence, l’incapacité et la mauvaise foi du gouvernement actuel. Le ministre Alhassane Condé avait déclaré urbi et orbi, contre vents et marées, que la date du 8 Juillet sera respectée. Curieusement, le même ministre revient nous dire encore, suite à une visite de terrain qu’il a effectué, que la date du 8 Juillet est compromise. En vérité, ce report ne m’étonne pas. Au contraire, nous sommes des habitués à ce genre d’incohérence des dirigeants. Nous avons une gouvernance qui navigue à vue, qui manque totalement de lisibilité et de visibilité. Nous continuons à patiner dans la transition, alors que les pays voisins en sont sortis. Cela va accabler considérablement nos compatriotes. Le vendredi, le président Alpha Condé, dans son rôle habituel de manipulation, est apparu au petit écran pour nous dire qu’il ne va pas convoquer le corps électoral. Personnellement, j’avais eu des informations depuis deux semaines comme quoi il avait reçu un rapport confidentiel attestant l’impossibilité d’organiser les législatives à la date indiquée. C’est pourquoi dès qu’il a insisté à rencontrer Elhadj Cellou Dalein Diallo, le président de l’UFDG, j’ai compris automatiquement qu’il était en train de manipuler l’opinion nationale et internationale pour faire croire que le fait de ne pas convoquer le corps électoral est une façon d’accéder à la demande de l’opposition, juste pour se donner une bonne image. C’est un forcing qu’il a voulu faire, sinon les techniciens de la CENI avaient proposé une date raisonnable, notamment le 25 Novembre 2012 pour la tenue des futures législatives. Au terme de cette réunion, selon nos sources, Mr Louceny Camara est allé le voir. En réponse, le président Alpha Condé a fait fixer la date du 8 Juillet, en supposant que sa machine de fraude serait fraude. Comme au second tour de la présidentielle, il joue à des manœuvres dilatoires pour gagner en temps. Une fois que sa machine étant prête, il fait un forcing. C’est exactement ce qu’il a voulu faire avec la date du 8 Juillet. Il sait pertinemment qu’il ne peut pas gagner ces élections législatives dans la transparence. La déception des citoyens est grandissante, y compris dans son camp, l’Arc-en-ciel.

Guinéenews© : La date du 8 Juillet 2012 étant compromise maintenant, quels sont les enseignements que vous tirez après la sortie médiatique du président Alpha Condé ?

Mouctar Diallo : C’est d’abord la manipulation de l’opinion parce que le président Alpha Condé a voulu faire du forcing, alors que c’en est impossible. Ensuite, pour montrer sa mauvaise foi, il va reporter les législatives en attendant que sa machine de fraudes soit prête. Pendant ce temps, les revendications de l’opposition sont complètement ignorées.

Guinéenews© : Qu’est-ce qui vous fait dire cela ?

Mouctar Diallo : Il a d’abord renouvelé sa confiance en la CENI actuelle et en son président, alors que l’opposition réclame la recomposition de l’institution électorale. Ensuite, il insiste sur l’utilisation des kits de Wymarck, dont l’audit par des experts du PNUD a montré ses limites. Ces kits de Wymarck sont nettement moins performants en termes de système de sécurité et de capacité d’enregistrement que ceux de la Sagem. Lui, insiste toujours sur l’utilisation des kits de la société sud-africaine. Cela prouve à suffisance l’incompétence de la CENI d’organiser des élections législatives libres, transparentes et crédibles. Pour preuve, c’est la deuxième fois consécutive que la CENI fixe des dates sans pouvoir les tenir. La première fois, c’était le 29 décembre 2011. A l’époque, Mr Lounceny Camara avait dit qu’il avait fixé cette date pour faire réagir la classe politique. La deuxième fois, c’est le 8 Juillet, qui a été imposé aussi par le pouvoir, en ignorant les recommandations des techniciens de la CENI. Malgré le fait que la CENI, librement et indépendamment, je le dis entre guillemets, ait élaboré deux chronogrammes qui ont tous échoué, cela est une preuve manifeste de l’incompétence notoire de la CENI, un motif valable d’accéder à la demande de l’opposition de recomposer la CENI conformément à ce tu dis de la loi. L’administration ayant remplacé ses représentants, pourquoi refuserait-on aux autres parties prenantes de désigner ses délégués pour procéder à la recomposition de la CENI ? Cela prouve la mauvaise foi, une nouvelle fois encore, du président Alpha Condé.

Guinéenews© : Le président Alpha Condé a dit pourtant qu’il ne va pas organiser des élections truquées….

Mouctar Diallo : Avec le président Alpha Condé, il ne faut pas écouter ce qu’il dit, mais regarder ce qu’il fait parce qu’il clignote à gauche pour aller à droite. C’est un expert et professeur en matière de drible, de manipulation et de déstabilisation. C’est tout ce qu’il sait faire d’ailleurs. Il a promis beaucoup de choses, sans honorer sa parole et ce, pendant la campagne électorale et après son investiture. On va passer toute une journée en train de citer ses promesses sans en finir. Personnellement, je ne crois pas. Je connais le Pr Alpha Condé, je l’ai côtoyé dans l’opposition. Tout acte qu’il pose relève d’un calcul politicien et tactique pour atteindre un objectif et personnel. C’est un Monsieur qui est incapable de prendre de la hauteur et d’agir dans le sens de l’intérêt général. Jusqu’à preuve de contraire, j’émets des réserves. Le 15 Novembre, il avait promis à la classe politique que la date des législatives sera fixée de manière consensuelle. Mais après tout, c’est sur les ondes que nous avons appris la date des législatives.

Guinéenews© : Le président Alpha Condé a dit aux diplomates qu’il a été le premier à demander la restructuration de la CENI mais que c’est l’opposition, qui l’a refusée

Mouctar Diallo : Quand le président Alpha Condé le dit ainsi, je dis non. L’opposition n’a jamais refusé la restructuration de la CENI. Quand il y a eu le projet de restructuration sur la table du CNT, les uns voulaient une CENI apolitique. En réponse, nous avions dit oui à la restructuration mais avec nos représentants. Ce qui est un gage de transparence pour nous. Parce que l’expérience a montré qu’on ne peut pas faire confiance en la société civile comme c’est le cas dans d’autres pays. Pour preuve, Lounceny Camara est issu de la société civile mais il est fortement contesté aujourd’hui. Donc, j’insiste, l’opposition n’a jamais refusé la restructuration de la CENI. Nous voulons une restructuration mais avec la participation de nos représentants.

Guinéenews© : Vous êtes si durs envers le président Alpha Condé. Certains vous diront, par exemple, que c’est parce qu’il ne vous a pas reçus d’abord. Est- ce que s’il vous reçoit, vous lui direz vos quatre vérités comme vous le faites maintenant.

Mouctar Diallo: Le président Alpha Condé, rassurez-vous, me connait parfaitement bien. Nous nous sommes côtoyés au sein de l’opposition. Il sait que je ne suis pas capable de mentir, ni de tenir la langue de bois. Je lui ai toujours dit ce que je pense clair et direct, sans ambages. Ce franc-parler est en moi. Il sait bien que lorsqu’on se verra, je lui dirai ce que je pense. C’est peut-être la raison qu’il n’a pas envie de me rencontrer, c’est tout à fait son droit. Tout comme moi aussi, je ne cherche pas à le rencontrer. Tout ce que je veux de lui est qu’il se comporte en homme d’Etat, en tant que président de la République. Qu’il pose des grands actes pour l’histoire pour permettre à la Guinée de se réconcilier avec elle-même, de se développer et d’être un Etat de droit et de démocratie.

Guinéenews© : Le parti au pouvoir, le RPG-Arc-en-ciel, menace de porter plainte contre Sidya Touré, Faya Millimouno, Lansana Kouyaté et vous. Votre commentaire ?

Mouctar Diallo : Personnellement, c’est un non-événement, la comédie habituelle du RPG. C’est comme le voleur qui crie au voleur. On sait que le RPG est expert dans l’art du mensonge et de l’intoxication. Rappelez-vous quand il avait inventé l’empoisonnement au second tour, qui n’a jamais été prouvé. Cela a occasionné des morts, des blessés et des chassés. Donc, le RPG a tué des guinéens avant d’accéder au pouvoir. Même quand il est arrivé au pouvoir, il a tué encore. C’est un parti extrémiste violent, de par son passé et son présent. Etant des leaders démocrates responsables et légalistes, nous ne prônons pas la violence. Mais bien entendu, je suis le premier à refuser qu’on subisse. Je demande à nos militants d’être disciplinés et à ne pas céder à la provocation. Si on subit une attaque, une violence, une injustice, il faut répliquer au nom de la légitime défense. Si le RPG et le pouvoir violent la loi en nous agressant, je demande aux citoyens de répliquer au nom de la même loi. C’est nous, leaders de l’opposition, qui devons porter plainte. Parce que c’est nous qui avons été agressés. Nous avons eu des blessés et nos véhicules endommagés, suite à l’attaque des militants du RPG contre notre cortège. Personnellement, je n’ai aucun problème à répondre à une plainte de la justice en bonne et due forme. Je l’avais fait à l’occasion du procès instrumentalisé contre mon vice-président Etienne Soropogui et des manifestants arbitrairement arrêtés le 27 décembre 2011. Quand j’ai reçu l’assignation, j’ai répondu. A l’époque, j’avais dit à la présidente du tribunal de libérer tous les manifestants et de considérer nous les leaders comme les coupables pour avoir appelé à la manifestation pacifique. Et nous l’assumons entièrement. Cette plainte ne m’étonne guère. Le RPG a fait du mensonge et de la manipulation un instrument de gouvernance dans un but politicien et électoraliste.

Guinéenews© : La date du 8 Juillet étant compromise, que fera maintenant l’opposition guinéenne ?

Mouctar Diallo : L’opposition va continuer à se s’organiser et à mobiliser ses militants pour marquer notre refus catégorique face à la tentative d’hold-up électoral que le CENI et le pouvoir actuel veulent organiser. Le président Alpha Condé ne veut pas la mise en place d’une assemblée nationale crédible contrôlant ses actes parce qu’il est passé aujourd’hui maitre dans la mal gouvernance. Sa gestion est absolument opaque. C’est pourquoi il ne parle plus d’audits et de détournement, des corrompus. Rio Tinto a versé 700 millions de Dollars, Areeba a versé 15 millions d’Euros, personne ne sait comment cet argent est géré. Il n’y a aucune traçabilité dans le budget. Il a multiplié son budget de souveraineté que le Général Sékouba Konaté avait par trois. A cette allure, il va battre le record de la mal gouvernance et de la mauvaise gestion des deniers publics. C’est pourquoi il ne veut pas une assemblée crédible pour l’interpeler. Au contraire, il veut une caisse de résonance pour cautionner son système de gouvernance faite d’autoritarisme, de mal gouvernance, de corruption, de violation des droits humains, de violation de la loi. Mais nous allons nous y opposer parce qu’il y a eu des sacrifices, des morts, des blessés et des violés pour que le changement soit une réalité en Guinée. Nous n’allons pas le cautionner, nous allons nous battre.

Guinéenews© : Le président Alpha Condé a nommé son fils, Mohamed Condé, au poste de conseiller.

Mouctar Diallo : D’abord, quand la rumeur était sortie, il avait nié cela. Quand on disait que son fils est dans toutes les affaires, il se mêle de tous les dossiers de l’Etat, il avait nié les faits au début. Et voilà qu’il officialise maintenant les rumeurs. Je pense que c’est grave d’exposer sa famille dans la gestion des affaires de l’Etat. Il y a suffisamment de guinéens compétents et intègres qui peuvent mieux faire que son fils et dans tous les domaines. L’Etat n’est pas une affaire de famille. Tous les Chefs d’Etat visionnaires ont refusé d’impliquer leur famille dans la gestion des affaires de l’Etat. Ça commence de cette façon. D’abord, c’était de façon informelle. Maintenant, c’est un conseiller qui va se mêler de tous les dossiers de tous les ministères. Demain, il sera un ministre, un super ministre très fort. Et peut-être, un jour, Alpha Condé voudra que son fils le remplace comme ce fut le cas au Sénégal avec Abdoulaye Wade et Karim Wade. Cela prouve que nous n’avons pas un Chef d’Etat visionnaire, un grand Chef d’Etat, mais il s’est battu parce qu’il a la boulimie du pouvoir. Pour lui, il fallait arriver au pouvoir, coute que coute et par tous les moyens. Il est venu non pas pour servir les guinéens mais pour se servir personnellement avec sa famille et ses proches, point barre. Il s’en fiche de la Guinée et des Guinéens. Quand il était dans l’opposition, il ne venait en Guinée que pour le besoin des élections pour rentrer le lendemain. Il ne connait même pas la Guinée parce qu’il ne venait pas au pays. Les guinéens doivent refuser la manipulation, ce n’est pas une question d’ethnie mais au contraire, c’est une question de valeur et d’intérêt. Il faut que les guinéens se battent pour maintenir les acquis démocratiques et refuser la manipulation.

guineenews.

SOUTENEZ N.F.D

MATCH GALA DE UDM

VIDEOS

GALLERIE PHOTOS

U.EUROPENNE

MATCH GALA DOUMBA

Interview de E.Soropogui

Interviw du ministre

RECHERHE

Grand Débat Africa No1

QUI EST ENLIGNE

Nous avons 15 invités en ligne